Volume
Valenciennois

Rencontre avec Guillaume Quenet, le nouveau sous-préfet de Valenciennes 

Le 16/01/2023 - 31567 vues

Par Elena Rouet-Sanchez

Notre journaliste a eu l’opportunité de rencontrer Guillaume Quenet, nommé sous-préfet de Valenciennes ce 2 janvier dernier. Revenons sur son parcours et l’attribution de ses nouvelles fonctions.

 

Quel a été votre parcours précédent ?

Après avoir été élevé en Bretagne, à Rennes, j’ai tout d’abord fait Saint-Cyr, qui est donc une école de l’armée de terre. J’ai donc suivi un parcours d’officier durant une quinzaine d’années. En 2008, j’ai rejoint le corps préfectoral. J’ai changé de vie professionnelle, mais je suis resté au service de l’État et de l’intérêt général. J’ai donc intégré deux postes dans le Sud-ouest : tout d’abord directeur de cabinet dans le Lot, à Cahors, et puis secrétaire général de la préfecture du Lot-et-Garonne à Agen.

J’ai ensuite été intégré affecté à Paris, au Ministère, dans la direction qui pilote les préfectures. J’ai donc coutume de dire qu’après avoir appliqué les circulaires, j’ai été les écrire.

Cela a duré 3 ans. J’ai ensuite rejoins la préfecture de police de Paris où j’étais sous-directeur des déplacements et de l’espace public. Il s’agit donc de toute la gestion avec la mairie de Paris, notamment les enjeux de déplacements, avec l’arrivée des trottinettes électriques, la gestion des taxis et des VTC. Il s’agissait d’un réel enjeu.

En 2019, j’ai été nommé secrétaire général de la préfecture du Morbihan, à Vannes, pendant 3 ans.

Je viens donc d’arriver le 2 janvier dans le Nord, en tant que Sous-Préfet de Valenciennes.

 

Comment s’est déroulée votre nomination ? Avez-vous choisi Valenciennes ?

Dans le corps préfectoral, on ne choisit pas vraiment. J’étais arrivé à une durée raisonnable sur mon post précédent à Vannes. Avec le gestionnaire, on avait évoqué la nécessité de changer de poste, pour progresser. C’est donc lui qui m’a proposé de rejoindre ce grand arrondissement qu’est Valenciennes ; il représente tout de même 300 000 habitants, ce qui est plus que certains départements français. J’ai tout naturellement accepté.

 

Quelles sont vos motivations sur le territoire, dans le cadre de vos nouvelles fonctions ? Quel regard portez-vous sur le Valenciennois ?

Lorsque l’on arrive sur un nouveau territoire, il faut dans un premier temps bien chercher à en comprendre les différents ressorts, comprendre son histoire et son actualité. Il y a également plusieurs enjeux qui se complètent sur cet arrondissement de Valenciennes. Il y a tout d’abord un enjeux social, avec les taux de chômage, un certain niveau de pauvreté, des logements insalubres qui sont sur des proportions supérieures à d’autres territoires. Le deuxième enjeu, qui permet de réduire le premier, c’est celui du développement économique. Nous sommes sur un territoire dynamique, il y a donc une vraie nécessité d’accompagnement. Elle a été initié depuis de nombreuses années par mes prédécesseurs, les différents acteurs du territoire ainsi que l’arrivée de Toyota. Il y a par ailleurs la cohésion sociale, les valeurs qui nous unissent ; c’est le troisième enjeu essentiel pour ce territoire.

 

Pensez-vous que l’arrondissement de Valenciennes pourrait pousser vers le haut le Cambraisis et la Sambre-Avesnois ?

Les fonds européens sont arrivés à termes pour un certain nombre de programmes, où en sommes-nous ?

Je viens d’arriver, et je ne vais pas me permettre de m’exprimer pour mes collègues. De toute manière, on voit bien qu’il existe des territoires, et le Nord n’y fait pas exception, où vous avez de gros pôles d’attractivités, telle que la métropole lilloise. Mais c’est très important d’avoir également des pôles dynamiques secondaires ; et je pense que le Valenciennois s’y inscrit complètement. Cela permet d’apporter de l’emploi sur le territoire, et de tout type.

Le Valenciennois comme pôle d’attractivité secondaire du Nord, j’y crois profondément. Et cela participe forcément aux développements de nos voisins.

 

 

Le programme LEADER, concernant les fonds européens, touchait à sa fin. Est-il renouvelé ? Allez-vous l’accompagner pour ce cycle de 2023 à 2027 ?

Rassurez-vous, les fonds européens ont été renouvelés en ce début d’année, la nouvelle programmation est en train de se relancer. Il fait savoir que beaucoup de ces fonds sont aujourd’hui gérés par le conseil régional, qui est l’autorité compétente pour les attribuer et les piloter. Mais il s’agit évidemment de l’un des outils sur lequel on va essayer de s’appuyer, afin de développer le territoire.



Son(s) attaché(s) à cet article

Mr le Sous-Préfet revient sur son vaste et riche parcours, avant d'occuper ses nouvelles fonctions au sein de la Sous-Préfecture de Valenciennes, au micro d'Elena Rouet-Sanchez.


Mr le Sous-Préfet nous exprime son regard sur ce nouveau territoire Valenciennois, ainsi que les enjeux qu'il comprend. 


Autres actualités pour Valenciennois :

Trith-Saint-Léger : pas de fermeture pour la classe menacée à l’école Gustave Eiffel

Le 20 Février 2024

Après des discussions avec l’académie, les parents d’élèves du groupe scolaire Gustave Eiffel de Trith-Saint-Léger ont empêché la fermeture d'une classe. L’annonce a été faite jeudi et le manque de moyens n’aura pas eu gain de cause.

CNO

Jugé pour trafic de stupéfiants, il assure être sous contrainte et veut protéger sa famille

Le 19 Février 2024

Un homme est passé devant le tribunal de Valenciennes pour avoir été arrêté en possession de drogue au mois de janvier dernier. Menacé par une lourde peine, il explique qu'il a agit sous le coup de menaces.

CNO

À Vieux-Condé, petits et grands sous le charme du salon Playmobil

Le 17 Février 2024

Des Jeux Olympiques à la guerre de sécession, les expositions sont nombreuses au salon Playmobil de Vieux-Condé, ce week-end. Près de vingt passionnés restent sur place jusqu’à dimanche, au grand bonheur des enfants… et des adultes !

CNO

Rassemblement devant l’école Gustave Eiffel, à Trith-Saint-Léger, pour empêcher la fermeture d’une classe

Le 01 Février 2024

Pour mettre en place des banderoles protestant contre la probable fermeture d’une classe, de nombreuses personnes se sont réunies devant l’école Gustave Eiffel à Trith-Saint-Léger, dont certains élus locaux. 

 

CNO

Haulchin : les employés d’Eternit rassemblés, l’entreprise centenaire menacée

Le 29 Janvier 2024

Les employés d’Eternit et des élus locaux se sont réunis, ce lundi, pour aborder le futur de l’entreprise valenciennoise. Rien n'est encore acté pour le moment et les prochains rendez-vous sont déjà fixés.

CNO

Fin du blocage sur l'A2 à Marly : « On n’a pas levé le camp par dépit » assure Laurent Verhaeghe, président FDSEA Nord

Le 27 Janvier 2024

Le Saint-Saulvien Laurent Verhaeghe, président de la fédération départementale des syndicats d’exploitants agricoles, fait partie de ceux qui ont fait front pendant trois jours, dont deux nuits, au niveau de Marly sur l'autoroute A2, débloquée vendredi soir. Entre deux coups de téléphone, il nous donne son point de vue sur les mesures annoncées par Gabriel Attal et sur la suite du mouvement. 

CNO

Mobilisation des agriculteurs : l'autoroute A2 bloquée à hauteur de Valenciennes

Le 24 Janvier 2024

La mobilisation des agriculteurs s’étend jusqu’au Valenciennois, ce mercredi. A 10h30, les agriculteurs entraient sur l’autoroute A2. 

CNO

Blocage de l’A2 : dans le Valenciennois aussi, « les agriculteurs n’y comprennent plus rien »

Le 24 Janvier 2024

Mobilisés toute la journée, et encore ce mercredi soir, sur l’autoroute A2 entre Aulnoy-lez-Valenciennes et Marly, les agriculteurs du Valenciennois et de ses alentours espèrent des « réponses immédiates ». Ils restent inquiets de l’avenir de leur profession, et ce depuis plusieurs années.

CNO

Valenciennois : après Noël, la crainte des abandons successifs pour les associations de protection animale

Le 23 Janvier 2024

Pointées du doigt par les associations de protection animale, les adoptions d’animaux comme cadeaux de Noël débouchent trop souvent sur des abandons. Un fléau que déplorent encore les acteurs valenciennois.

CNO

ENTRETIEN. Jeanfi Janssens se lance dans le spectacle d’une vie « carabistouillée »

Le 18 Janvier 2024

Après Jeanfi décolle, Jean-Philippe Janssens lance son deuxième spectacle intitulé Tombé du ciel. L'humoriste français initie les spectateurs au showbiz et parle de son arrivée dans ce monde, bien différent du sien. 

CNO