Volume
Valenciennois

Projet de prison à Saint-Saulve : quelles conséquences sur les terres agricoles ?

Le 17/04/2024 - 2736 vues

Par Nathan Bigué

Le futur centre pénitentiaire, qui devrait voir le jour en 2027 à Saint-Saulve, s’étalera sur 20 hectares, principalement sur des terres agricoles. En réunion publique ce mardi, plusieurs agriculteurs ont partagé leur inquiétude. 

Au moins un point a très vite été éclairci par Guillaume Quénet, sous-préfet de Valenciennes : ce sera 20 hectares, ni plus ni moins. Sur le périmètre de 50 hectares sélectionné (foncier disponible), seuls 20 hectares seront nécessaires à la construction de la future prison de 700 places près de l’A2. Il n’empêche, néanmoins, que ces parcelles sont majoritairement des terres agricoles à l’heure actuelle. « Le positionnement du centre pénitentiaire sera une donnée importante pour éviter de toucher certaines terres ou des chemins de remembrement », détaille Yves Dusart, maire de Saint-Saulve.

 

En réunion publique ce mardi à la salle des fêtes, plusieurs agriculteurs ont répondu présents pour faire part de leur inquiétude, mécontentement voire parfois incompréhension, soutenus par plusieurs habitants. « Nous ne sommes plus que trois agriculteurs à Saint-Saulve ! », a d’abord rappelé Laurent Verhaeghe, agriculture saint-saulvien.

Celui qui est aussi président de la Fédération départementale des syndicats d'exploitants agricoles (FDSEA) du Nord ne juge pas ce projet opportun : « À l’arrivée de Toyota, on nous a dit que ce serait la dernière prise de terrain, puis il y a eu le Pave 1 et le Pave 2… »

 

Un besoin de 15 000 places en France

L’Agence publique pour l’immobilier de la justice (APIJ), représentée par plusieurs de ses membres à la réunion publique, est une habituée de ces dossiers. Pour ses représentants et notamment son directeur, David Barjon, « ça ne fait pas plaisir à l’APIJ de prendre ces terres, mais la difficulté, c’est qu’il faut construire les établissements ». Le programme national lancé en 2018 prévoit la création nette de 15 000 places partout en France, afin de répondre à la surpopulation des enceintes de prison françaises. 

 

L’agriculteur saint-saulvien maintient : « Ce qui me perturbe, c’est le fait de proposer un projet comme celui-là sur une zone agricole. Et on a bien entendu aujourd’hui (mardi) qu’ils feront ce qu’il faut pour modifier les documents d’urbanisme (PLUi et Scot) pour pouvoir s’implanter où ils l’ont décidé ». Alors, quelles autres solutions s’offraient à l’APIJ ? Quatre terrains fonciers ont été relevés et étudiés : à Marly, Aubry-du-Hainaut, Famars et donc Saint-Saulve. 

 

« Avant d’arriver à la compensation, il faut réduire ! »

« Faire des prisons en centre-ville, ça ne marche pas », a balayé David Barjon. Concernant les espaces naturels, il faut que cela réponde aux enjeux environnementaux et que le terrain soit plat et non bâti. Une contrainte majeure sur le potentiel terrain de Famars, par exemple.

Quid des friches ? Celles qui répondent au cahier des charges ne sont pas suffisantes, selon l’APIJ. Dans ces projets de prison, la consommation de terres agricoles n’est pas rédhibitoire, contrairement à l’acquisition d’habitations ou de fermes par exemple, comme à Aubry-du-Hainaut. L’APIJ promet une compensation de terres agricoles, dans le cadre de la démarche « Éviter, réduire, compenser ». 


Un autre exploitant avait déjà connu cette situation à l’installation de la prison pour mineurs de Quiévrechain. Lui aussi montre son inquiétude après cette première expérience, où il estime s’être fait voler des terres. « Avant d’arriver à la compensation, il faut réduire ! », regrette Laurent Verhaeghe. Cela pourrait être légèrement le cas en fonction de la localisation des 20 hectares sur les 50 évoqués. Pas certain que cela suffise à convaincre les réfractaires au projet. La concertation préalable se poursuit jusqu’au 31 mai. Des permanences et un atelier sont programmés.



Son(s) attaché(s) à cet article

Yves Dusart, maire de Saint-Saulve, au micro de CN'O après la réunion publique :


Autres actualités pour Valenciennois :

Incendies, tensions… À Quarouble, un conflit de voisinage termine sur les bancs du tribunal

Le 17 Mai 2024

Un habitant d’un quartier quaroubain, à la frontière belge, était jugé en comparution immédiate fin avril pour dégradations du bien d’autrui. L’audience a été repoussée. 

CNO

Embar(o)quement immédiat, un festival qui met en avant la rencontre avec les artistes

Le 09 Mai 2024

Le festival Embar(o)quement immédiat prend place dans le Valenciennois à partir de ce vendredi et jusqu'au 2 juin. Au programme, de la musique, du théâtre ou encore de la danse avec un thème en commun : l'époque baroque.

CNO

Les Turbulentes : la météo capricieuse n’a pas empêché les festivaliers de battre le pavé… à la (re)découverte des « Misérables » !

Le 04 Mai 2024

Pour sa vingt-sixième édition, le festival des Turbulentes n’a pas échappé à la pluie, mais il en fallait bien plus pour désabusser les festivaliers, ce samedi. Une importante foule a notamment assisté, trempée mais morte de rire, aux « Misérables » de la troupe Les batteurs de pavés.

CNO

Accidents sur l'autoroute A2 : des réflexions en cours pour fluidifier le trafic dans le secteur du Valenciennois

Le 03 Mai 2024

Théâtre de plusieurs accidents impressionnants ces dernières semaines, dont un feu de camion le 8 mars dernier, l’autoroute A2 traîne la réputation d’un axe accidentogène. Simple feu de paille après les derniers faits divers ou réalité approuvée ? Quelques éléments de réponse avec la DIR Nord.

CNO

Le flou règne toujours à l’usine Stellantis d’Hordain, qui devrait néanmoins rouvrir le mardi 7 mai

Le 02 Mai 2024

L'usine Stellantis d'Hordain, près de Valenciennes, est à l’arrêt depuis le 24 avril à cause d’une grève chez un fournisseur. Une reprise est évoquée le 7 mai par la direction du groupe, mais la situation reste floue.

CNO

Trois hommes condamnés pour avoir volé de l’essence dans une station d’Abscon grâce à un aimant

Le 30 Avril 2024

Passés devant le tribunal au mois d’avril, trois hommes ont été condamnés pour avoir volé de l’essence en grande quantité à un prix ridicule. La somme du dédommagement s’élève à plusieurs milliers d’euros.

CNO

Six mois de prison ferme requis contre dix hommes jugés pour avoir eu des relations sexuelles avec une fille de 14 ans

Le 27 Avril 2024

Douze hommes ont été jugés au tribunal correctionnel de Valenciennes, ce jeudi. Ils sont accusés d’avoir entretenu des relations sexuelles avec une collégienne, entre octobre 2022 et avril 2023. Le délibéré sera rendu le 3 mai. 

CNO

Les Turbulentes 2024 à Vieux-Condé : comment ce festival fait-il pour s'ouvrir à tous les publics ?

Le 25 Avril 2024

La dernière ligne droite est définitivement lancée pour la 26e édition des Turbulentes, organisée par le Boulon et qui se déroulera les 3, 4 et 5 mai prochains à Vieux-Condé. 32 compagnies sont au rendez-vous pour proposer un spectacle encore et toujours plus accessible, peu importe le public. 

CNO

Un parcours santé adapté et flambant neuf voit le jour aux Peupliers de Vieux-Condé

Le 24 Avril 2024

À l’arrière de la résidence des Peupliers à Vieux-Condé, début avril, un parcours santé a été inauguré par les équipes de l’APEI notamment. Il doit répondre au vieillissement de la population, et aux nouveaux besoins que cela entraîne.

CNO

Les changements apportés avec les futures modifications du réseau de Transvilles (Keolis)

Le 23 Avril 2024

À partir du 8 juillet prochain, les transports en commun du Valenciennois vont connaître quelques modifications. Entre nouveau service et modernisation, voici les nouveautés en cinq points.

CNO