Volume
Valenciennois

Saint-Saulve : récidiviste, il écope de dix mois de prison ferme pour violences conjugales

Le 03/11/2023 - 13994 vues

Par Nathan Bigué

Une femme frappée par un homme violent, alcoolisé et récidiviste : un « cas d’école » pour l’avocat de la victime. Le mis en cause a finalement écopé de 10 mois de prison ferme.

C’est malheureusement un « cas d’école » s’est indigné Me Louis Guilleminot, l’avocat de la victime. Le 27 octobre dernier, à Saint-Saulve, la police intervenait dans un appartement en grand désordre, dans lequel une femme se plaingnant de douleur était retrouvée allongée au sol. Son compagnon, Joris (1), était alors interpellé. Jugé pour violences conjugales, ce lundi, l’homme de 38 ans a longuement nié les faits qui lui étaient reprochés, à savoir le jet d’un verre sur l'œil gauche de sa compagne, ainsi que des coups de pieds portés au ventre et aux jambes. Le tout en état d’ivresse. 

 

Face à un prévenu à la « mémoire sélective » (Me Guilleminot), la Présidente rappelle que le rapport du médecin légiste est en partie compatible avec la version de la victime. Un ecchymose de quatre cm sur deux cm au niveau des cervicales, un œdème à l’œil gauche, un ecchymose sur la cuisse gauche : la violence, ce soir-là, a dépassé ce qu’avait jusqu’à présent vécu par la compagne. « Je reconnais la violence verbale. On a une relation toxique », admet le prévenu, vite rattrapé par la présidente : « La violence verbale, c’est aussi une sorte de violence. C’est même la première des violences ».

 

« Je suis désolé des violences conjugales… Mais sans violence »

L’homme accusé n’en était pas à son premier passage devant la justice pour des faits similaires, puisqu'il avait été condamné en 2021 pour violence sur sa compagne. C’est là, justement, que le cas d’école prend tout son sens. « Il y a certains procédés que l’on retrouve assez régulièrement, notamment le fait que les auteurs promettent monts et merveilles aux victimes, (...) pour bien montrer que tout se passe bien. Et quelques semaines après, ça recommence avec des insultes, des coups, des menaces… », explique Me Guilleminot. 

Si Joris reconnaît s’emporter sous l’emprise de l’alcool et répète « être désolé », la Défense n’accepte pas si facilement ses excuses. « Vous êtes désolés de quoi Monsieur, puisque vous niez tout ce qu’on vous reproche », questionne l’avocat, qui arrivera (presque) à une réponse concrète. « Je suis désolé des violences conjugales… Mais sans violence », conclut Joris, sous l'œil abasourdi du tribunal. 

 

Finalement reconnu coupable des faits lui étant reprochés, il a écopé d’une peine de 15 mois d’emprisonnement, dont cinq assortis d’un sursis probatoire. Il devra aussi payer 1 500 € de dommages et intérêts. 

 

(1) : Prénom d’’emprunt



Son(s) attaché(s) à cet article

Me Louis Guilleminot, l’avocat de la victime, est au micro de Nathan Bigué :


Autres actualités pour Valenciennois :

La caravane du plein emploi solidaire à Valenciennes, comme un symbole pour les acteurs du territoire

Le 12 Juin 2024

De passage à la maison de quartier Beaujardin de Valenciennes, la caravane du Plein emploi solidaire a permis un moment d’échanges entre les acteurs qui luttent contre la privation durable d’emploi.

CNO

Policier, il possédait une multitude d’armes à feu et de grenades à son domicile

Le 10 Juin 2024

Passé devant le juge le 28 mai, un policier a été condamné pour détention de nombreuses armes non déclarées. Le policier a été reconnu de toutes les accusations le visant.

CNO

Avec Retrocar Hainaut, un ballet de voitures anciennes dans les rues du Valenciennois

Le 06 Juin 2024

Voitures de collection ou souvenirs du passé, de nombreuses automobiles anciennes seront mises à l’honneur ce week-end à l’occasion de Retrocar Hainaut. Pour sa dixième édition, une exposition est même organisée au niveau du square Gosset de Valenciennes. 

CNO

Féminicide à Bruay-sur-l’Escaut : un lâcher de ballons pour rendre « un dernier hommage » à Zahia, tuée par son conjoint

Le 05 Juin 2024

Un lâcher de ballons était organisé en hommage à Zahia, tuée par son conjoint vendredi dernier au domicile familial, à Bruay-sur-l’Escaut. La tristesse et la colère restent pesantes, six jours après le drame. 

CNO

Salon du chiot de Valenciennes : « une dizaine de chiots morts et au moins autant d’hospitalisés »

Le 03 Juin 2024

À la suite du salon du chiot de Valenciennes au début du mois de mai, plusieurs des jeunes animaux achetés sont décédés. Des chiots au schéma vaccinal parfois suspect et dont les ventes ne sont pas toujours légales.

CNO

Pharmacies en grève : la pénurie de médicaments, le cœur du problème

Le 29 Mai 2024

Les pharmaciens de toute la France seront en grève ce jeudi. Leurs réclamations sont nombreuses et concernent notamment la pénurie de médicaments, quotidienne depuis plusieurs années. 

CNO

Deux couples de Beuvrages accumulaient des bénéfices en revendant des cigarettes du Luxembourg

Le 28 Mai 2024

Plus de 10 000 euros retrouvés chez l’un des deux couples, 500 euros chez l’autre. Si aucun lien de trafic en bande organisée n’a été relevé par le tribunal de Valenciennes, les prévenus ont néanmoins écopé de peines avec sursis.

CNO

Incendies, tensions… À Quarouble, un conflit de voisinage termine sur les bancs du tribunal

Le 17 Mai 2024

Un habitant d’un quartier quaroubain, à la frontière belge, était jugé en comparution immédiate fin avril pour dégradations du bien d’autrui. L’audience a été repoussée. 

CNO

Embar(o)quement immédiat, un festival qui met en avant la rencontre avec les artistes

Le 09 Mai 2024

Le festival Embar(o)quement immédiat prend place dans le Valenciennois à partir de ce vendredi et jusqu'au 2 juin. Au programme, de la musique, du théâtre ou encore de la danse avec un thème en commun : l'époque baroque.

CNO

Les Turbulentes : la météo capricieuse n’a pas empêché les festivaliers de battre le pavé… à la (re)découverte des « Misérables » !

Le 04 Mai 2024

Pour sa vingt-sixième édition, le festival des Turbulentes n’a pas échappé à la pluie, mais il en fallait bien plus pour désabusser les festivaliers, ce samedi. Une importante foule a notamment assisté, trempée mais morte de rire, aux « Misérables » de la troupe Les batteurs de pavés.

CNO